Animalité, BD - Roman graphique, Entre-deux, Etats-Unis

Le Journal d’Edward, Hamster Nihiliste (1990-1990) – Miriam et Ezra Elia

Miriam Elia et Ezra Elia
Editions : Flammarion
ISBN : 978-2-0812-9023-5
91 pages

The Diary of Edward the Hamster (1990-1990)
Traductrice : Rose Labourie

A quoi bon écrire ? La vie est une cage de mots vides.

C’est au détour d’une librairie que je suis tombée sur ce petit album, j’ai couiné, et paf, je l’ai retrouvé sous le sapin.
Il s’agit, comme le dit le titre, du journal intime d’un hamster, pour qui les journées se résument à faire de la roue, à manger et dormir. De quoi devenir nihiliste, hein ? Nous sommes donc témoins de ses tentatives de philosopher avec le chat, de ses tentatives de grève de la roue (voire de la faim), et celles de comprendre ce monde étrange ou des gens le mettent dans des tubes, ou qui le soumettent à un étrange champ de force quand ils le sortent de sa cage. Mais tout va basculer le jour où ils introduisent un autre hamster dans la cage. (Il me semblait que les hamsters étaient des animaux solitaires, m’enfin, licence poétique…)
Ce petit album de 91 pages se compose à chaque fois d’une page de texte (plus ou moins long selon l’état dépressif d’Edward) et d’un dessin en noir et blanc, au style simple et efficace, assez brut de décoffrage, mais très efficace. Les textes sont courts, se lisent vite, et donnent une vision décalée de ce petit animal mignon, qui, peut être, sans doute, très certainement même, projettent de conquérir le monde et de nous asservir (comme les chats, mais en plus petit, quoi). Et surtout, qui doit bien s’emmerder dans sa cage, au fond.


moutonmoutonmoutonmoutonmouton

Insuffisant pour le coup de cœur, mais un petit livre drôle tout de même.

Il est temps que je réagisse. Que je lutte pour mes propres droits, et pour tous ceux qui subissent le joug de la tyrannie : il faut que je me révolte contre les mains cruelles de ces brutes qui ont tout pouvoir sur moi.

Leur but est de venir à bout de ma volonté, de me réduire à néant. Ils peuvent bien me priver de ma liberté, ils n’auront jamais mon âme.

Je m’appelle Edward, et je suis un hamster.

Publicités
Intendance

De décisions, de moutons et de corbeaux

Ca fait quelques mois que mon rythme de publications est moins soutenu (bon, ce n’est pas comme j’avais été très assidue depuis le début non plus), par manque de temps, des voyages et des visites d’apparts sont passés par là. Mais j’ai encore de quoi vous parler, et j’ai décider d’apporter un peu de sang neuf.

Premièrement, la bannière, nouvelle, sauf que, je suis d’une nature indécise, donc elle alterne avec l’ancienne. Si vous voyez l’ancienne, rafraîchissez la page pour voir la nouvelle ! (Crédits : http://www.sxc.hu/photo/1126533 ; http://www.sxc.hu/browse.phtml?f=download&id=1126532 ; http://www.sxc.hu/photo/1382684 ; http://www.sxc.hu/photo/1396999; http://www.sxc.hu/photo/1395634)

Ensuite, comme je crois que je n’ai absolument jamais mentionné cet animal, et ne l’ai jamais fait apparaitre sous forme de peluche sur une photo *toussote*, j’ai décidé de mettre en place un système de notation (reste à voir si  je vais m’y tenir…) Avec deux animaux, le… mouton ! Et, pour aller avec la nouvelle bannière, le corbeau. Le premier pour les trucs drôles (nanars et livres drôles) et le deuxième pour les trucs plus sérieux. Reste à voir à l’utilisation quel barême je vais utiliser, mais je vous présente dès à présent Sigmundon le mouton :

Je vous prierai de ne pas vous moquer de lui, il n’a pas demandé à être rose, c’est moi qui ai perdu toute notion du bon goût lors de ma séance d’Illustrator qui lui donné naissance.

Et Helmut le corbeau :

Lui, il a la chance de venir d’un site d’images de stock, donc, il est normal.

Voilà voilà, dites bonjour à Sigmundon et Helmut en attendant un vrai article et le barême en action.

Allemagne, Animalité, Europe, Polar, Youpi Tralala

Glennkill / Qui a tué Glenn – Leonie Swann

Approuvé par M. Mouton
Glennkill, ein Schafskrimi - Leonie Swann - Sheep of Approval

Vous vous êtes déjà demandé à quoi pensait un mouton ? Parce que, hein, on se dit, un mouton, c’est con, ça mange, ça bêle, ça dort, ça mute en mouton-garou quand on fait des expériences dessus, ça suit le chef de troupeau, mais tout ça, c’est ce que ça fait, un mouton, mais à quoi ça PENSE, un mouton ?Et surtout, la question cruciale, un mouton peut-il résoudre une affaire de meurtre ?

Bon, honnêtement, un mouton tout seul, je sais pas, même si c’est le mouton de plus intelligent de tout Glennkill, mais un troupeau, éventuellement, ça peut.

Bref, Glennkill, ou Qui a tué Glenn dans sa version traduite, est un roman allemand, premier livre de Leonie Swann. Le tout se passe à Glennkill (et le berger du troupeau s’appelle Glenn, c’est pratique ^^), petit village irlandais tranquille. Tranquille… Jusqu’au jour où le troupeau de Glenn, se réveille et découvre Glenn mort, avec une bêche depassant du torse. La bêche qu’il utilisait toujours pour bêcher son verger. Comment-est elle arrivée là ? Le vaillant troupeau de moutons, guidé par le mouton le plus intelligent de Glennkill, Miss Maple, décide de trouver le coupable, ainsi que les raisons du meurtre. Avec l’aide du mouton ayant la meilleure mémoire de Glennkill, Mopple the Whale, un mouton au passé trouble, Othello, le mouton le plus laineux du troupeau, Cloud, un mouton persuadé que l’âme se mesure à l’odorat, Maude, et du mouton alpha, Sir Ritchifield, et son frère prodigue,  Melmoth, Miss Maple mène l’enquête, et permet de découvrir un point de vue très mêêêêêh sur la vie, la mort, et les humains, qui décidement, sont vraiment bizarres.

J’aurai plein de choses à dire, mais comme je veux absolument que tout le monde le lise, pour le salut de l’humanité, et de la Terre et de l’Univers, je ne vais pas spoiler, mais voilà, lisez le ! C’est drôle, décallé, moutonnesque, et très humain.

Et en plus ! Il y a un feuilletoscope avec un mouton qui saute en bas des pages !

Le mouton saute-pages
Comment ça, ma photo est floue ?!

Et, pour ceux qui veulent voir la couverture française :

Addendum : je tiens à remercier Moustache (oui, bon, hein, je garde ton anonymat, hein) pour ses corrections sur mes articles. ^^