Archives de tags | GRRM

Join the P.a.L #4

Uncle-Sam1

Voici ce qui sera sans doute le dernier tome de mes nouvelles acquisitions pour cette année 2015 (j’en suis même sûre, vu mon assiduité ici ces derniers temps). Entre temps, je continue de tester de nouvelles mises en page pour ce type d’articles, peut-être qu’un jour, j’en trouverai un qui me satisfera.

 

Ces derniers mois, j’ai été raisonnable, ma PàL doit absolument descendre, certains livres y sont depuis bien trop longtemps, et j’aimerai autant éviter que cet état ne se propage à toutes mes acquisitions. Et voyez-vous, certains des livres ci-dessus sont déjà sortis de la pile à peine entrés, alors que d’autres y végètent depuis des semaines, mois, années.

Blasmusikpop a même déjà eu droit à son article, oui oui ! J’en ai d’autres en réserve depuis bien plus longtemps, histoire de rendre un peu de vie à ce blog.

Fool’s Quest de Robin Hobb est également sorti de ma pile, après y être resté deux mois -le dernier Join the P.à.L remonte à six mois et celui-ci présente toutes les acquisitions des mois écoulés depuis- comme pour tous les Hobb, je les achète à leur sortie, pour être déchirée entre la hâte et l’anticipation de retrouver cet univers et la peur d’être déçue.

Tous malades, recueil de poèmes dirigé par Neil Gaiman et illustré, entre autres, par Boulet est à moitié sorti, étant totalement incapable de lire un recueil de poèmes d’une traite, même si je suis très emballée par ce que j’ai lu : des poèmes du même type que les poèmes de Tim Burton. Vivement que je mette la main sur Par bonheur, le lait !

L’ours est un écrivain comme les autres, de William Kotzwinkle. Celui-là, c’est un mélange de hasard et calcul. A chaque visite en librairie, je tournait autour de ce livre, attirée au début par sa couverture (WTF ? o.O), puis, par le nom de l’auteur, qui est cité dans ma liste des 1001 livres à lire (dont je ne viendrai jamais à bout), pour me convaincre par sa quatrième de couverture, qui est tout simplement une citation de Terry Pratchett. Si lui a aimé, ça ne peut qu’être bien. (J’espère.)

Je serais sûrement passée à côté de L’instinct du Troll de Jean-Claude Dunyach si je n’en avais pas lu du bien. Alors que la quatrième de couverture est plus que prometteuse. J’espère que la suite sera à la hauteur. Et soutenir l’édition et les auteurs français, ça ne fait jamais de mal.

Le Dragon de Glace de GRRM était un achat purement compulsif : un livre situé dans l’univers du Trône de fer, illustré par Royo ? L’espace d’un instant, je suis redevenue une ado gothique sur les bords et sans m’en rendre compte, j’avais payé.

Je lis xXxHolic par intermittence depuis plusieurs années, avec une longue pause forcée au milieu, l’endroit où je me les procurait ayant fermé. Puis ils ont été réédité, j’ai retrouvé une librairie manga sympa, et j’ai replongé. J’en ai profité pour acheter le dernier tome sorti de Save Me Pythie, un manga français (oui !) dont l’action se situe en Grèce antique. Pour terminer par Minuscule, acheté sur un coup de tête parce que ça avait l’air mignon, on a toujours besoin de mignon, surtout un 14 novembre 2015. Il est déjà sorti de ma PàL, un article suivra sûrement !

Publicités

Join the P.à.L. #3

Uncle-Sam1

Oyez, oyez ! Un deuxième épisode des nouveautés (ahem) qui ont rejoint ma pile à lire pour 2015 ! Qui aurait cru cela possible ? Certainement pas moi, vu mon assiduité à ce genre d’exercices… Enfin, ça tombe bien, nous sommes à la moitié de l’année, j’ai acheté quelques livres, l’occasion rêvée d’en faire un article avant que la liste ne devienne trop longue et que je perde le courage de tous les lister.

petitsdieuxsourceryhuitimefillemaquettesPratchett_v2.inddnousommestouscharly9lechateaucareyRomanRoiArthur

 

En un coup d’oeil, on peut voir que j’ai acheté beaucoup de Pratchett, j’ai profité de la promotion de l’Atalante (juste avant d’apprendre le décès de l’auteur), j’ai regularisé en prenant Les Petits Dieux (que j’ai déjà souvent mentionné comme étant le livre qui m’a sorti de ma léthargie livresque pendant des vacances d’été au lycée, il y a plus de 10 ans), puis, lors d’un week-end à Paris, j’ai trainé tout le monde chez Shakespeare and Co’, pour y acheter Sourcery, en jolie édition reliée (j’y ai cherché le chat, je n’ai trouvé que sa gamelle, je suis déception).

Le Huitième Sortilège et la Huitième Fille, eux, sont des nouvelles acquisitions qui ont eu l’honneur d’être lues pratiquement immédiatement.

Nous sommes tous des féministes est un essai que j’ai acheté un peu à l’aveugle alors qu’il venait de sortir, c’est plus tard que j’ai lu tous les articles à son sujet, ce qui a confirmé que mes 2 € étaient sans doute bien investis.

Charly 9 de Jean Teulé : j’apprécie énormément cet auteur depuis que j’ai lu Le Montespan, pourtant, je n’ai pas lu ses derniers livres. Alors quand je suis tombée sur cet exemplaire pratiquement neuf à 0.50 € sur un marché aux puces, j’ai fait « Gniiiii » et j’ai sorti ma petite monnaie.

C’est sur le même stand que Charly 9 que j’ai trouvé Le Château, d’Edward Carey. La couverture m’a intrigué, l’état du livre était excellent, le prix tout autant (le même que pour Charly 9), le regard implorant du personnage de couverture qui me suppliait de l’emporter m’a convaincu. C’est seulement en rentrant chez moi que j’ai vu qu’en fait, il venait de sortir…

Shut-up-and-take-my-money

Au lycée, j’ai dû étudier Perceval ou le Roman du Graal pour l’épreuve du bac de Terminale. On pourrait croire que ça m’aurait vaccinée contre les écrits médiévaux arthuriens. Pourtant, Le Morte d’Arthur trainait sur ma liseuse depuis 3 ans. Oui, en V.O. Sauf que cette V.O., elle me faisait un peu peur. Du coup, quand j’ai su que L’Atalante allait sortir une nouvelle version avec une nouvelle traduction, j’ai parcouru toutes les librairies de Strasbourg et Dijon pour la trouver. Sans succès. La mort dans l’âme, j’avais classé l’affaire. Tant pis. Il aura fallu un week-end prolongé à Toulouse et sa merveilleuse librairie Bédéciné pour qu’enfin, il soit mien. Il est beau, il est doux, il est bleu, c’est Le Roman du Roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde, de Thomas Mallory.

 

Top Ten Thursday #20

TTT3WLe Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français Iani.

Les 10 livres que vous n’avez pas réussi à poser une fois commencés

Pour plus de facilité, s’il y a plusieurs livres d’une même série qui sont concernés, je ne citerai que le premier qui m’aie fait cet effet.

  • Jane Eyre, de Charlotte Brontë, qui fût mon premier coup de cœur littéraire.
  • Les Petits Dieux, de Terry Pratchett, c’était l’été, il faisait beau, je revenais de la médiathèque, je me suis installée sur la terrasse, j’en ai oublié de manger, en deux jours, c’était plié.
  • Bruges-la-Morte, de Rodenbach. Aussi surprenant qu’il n’y paraisse, ce livre lu en cours de français en 1ère m’a profondément marqué, et je j’ai lu d’une traite. Malheureusement, ça ne veut pas dire que mes notes de devoir étaient à la hauteur de mon appréciation.
  • Herr Lehmann, Sven Regener, lu en licence pour mon TD d’allemand, le choix était libre (ou presque), et mon choix s’est avéré à la hauteur de mes attentes (par bonheur, les lectures étaient obligatoires, mais leur choix était libre pendant tout mon cursus universitaire). Il a même été l’objet d’un exposé oral lors dudit TD, oui, rien que ça (bon, en vrai, l’exposé, c’était obligé, et les autres livres lus étaient déjà pris).
  • Royal Assassin, de Robin Hobb, parce que j’ai mis du temps a entrer dans le premier, jusqu’à la moitié, a peu près, ensuite, c’était parti.
  • Le Trône de Fer, George R.R. Martin.
  • Neverwhere, Neil Gaiman, lu dans les mêmes conditions que Herr Lehmann, mais pas la même année.
  • The Name of the Wind, Patrick Rothfuss. Dois-je encore élaborer ?
  • La Cité des Livres qui Rêvent, Walter Moers.

Décidément, on retrouve ma Sainte Trinité dans pratiquement tous mes Top Ten. Sur ce, je vais tenter de découvrir d’autres auteurs top moumoute qui sauront me faire autant d’effets.

Join the P.à.L. #2

Uncle-Sam1

Le seul et unique épisode de Join the PaL (qui pourrait aussi bien s’intituler, comme partout, In my Mailbox, si seulement les livres arrivaient réellement dans ma boite aux lettres – les déposer dans la boîte aux lettres avant de rentrer n’est pas une option -) date déjà de juin. Et lors de mon dernier Top Ten, qui remonte également à un mois, je vous annonçait fièrement que mes achats 2014 avaient été raisonnables, la cape au vent, le nez en l’air et le halo céleste. Ils le sont sans doute, mais entasser tous les livres achetés depuis juin (ou reçus en cadeau) sur une pile, ça n’aide pas à visualiser le « raisonnable » de la chose (heureusement que j’en ai déjà lus quelques uns). Alors, avant que cette pile ne s’écrase en plein milieu de mon salon, voici mes dernières acquisitions !

51kMp06sawL musiquedusilence (179x281) 3980 (452x640) savemepythie (250x346) Fool_s_Assassin (383x522) grimoire-recettes-l-apothicaire-12626-300-300 (248x300) recettenounouogg (427x640) handmaid'stale (400x430) index (245x346) ludwig_fantasy_2529 (392x600) mémoires d'un maitre faussaire  notesboulet (278x397)   unehistoire de tout (118x180) worldoiaf (260x344) zamonien (221x346)

Je vous avais parlé en long, en large et en travers du Nom du Vent de Patrick Rothfuss, et aussi que la suite allait se retrouver dans ma pile à lire. C’est fait, et The Wise Man’s Fear est déjà lu. La Musique du Silence attendra un peu, elle se trouvait sur ma liste de Noël, et avant de retomber dans une panne qui n’est pas si loin derrière moi, je préfère souffler en allant voir ailleurs (désolée, Patrick).

Save me Pythie est un manga français. Oui. Autant dire que c’est une BD au format poche, hein. Elle reprend les mythes grecs, et comme le premier tome était sympathique, j’ai acheté le deuxième lors de sa sortie. Un article était prévu. Les limbes de mes brouillons l’ont mangé. Il faudra que j’aille le chercher.

Fool’s Assassin. Est-ce que je dois encore vous en parler ? Non, n’est-ce pas ? Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à lire l’article sur la suite de l’Assassin Royal (Gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii).

Grimoire des recettes de l’apothicaire. Il se trouvait également sur ma liste de Noël, parce que j’adore faire tremper des trucs dans des bocaux et les oublier. Ça me permet de créer des microcosmes et de me prendre pour Dieu. Non, en vrai, j’aime savoir quelles plantes sauvages (ou pas, d’ailleurs) peuvent nous apporter des bienfaits, et comment les préparer, vivement le printemps que je puisse récolter !

Les Recettes de Nounou Ogg. Quand je l’ai déballé à Noël, juste après le Grimoire de l’apothicaire, on m’a dit qu’avec des bouquins pareils, on ne viendra plus manger chez moi. Je comprend pas. La branlante aux fraises a pourtant l’air… conviviale… Sérieusement, une livre de recettes. De Nounou Ogg. Comment résister ? (En plus, certaines recettes ont l’air faisables dans notre monde à nous ! – branlante aux fraises -)

The Handmaid’s Tale, qui se trouvait sur ma liste à lire depuis deux ans, au bas mot. C’est en rendant une visite de courtoisie à ma librairie anglophone préférée qu’enfin, je l’ai trouvé. Ni une ni deux, je suis passée à la caisse (en commandant The Wise Man’s Fear dans la foulée). De plus, il est sur la liste des 1001 livres à lire.

L’homme qui sauva le monde et autres sources d’étonnement. Le livre tiré du fantastique blog Axolot (aussi disponible en BD). Il me le fallait.

Ludwig Fantasy. Il s’agit de la suite de Ludwig Revolution, manga qui détournait les contes de Grimm pour en faire des récits dignes des pires films d’horreur. La fin m’avait laissé un goût de trop peu, alors quand j’ai su que la suite allait sortir, pour s’aventurer hors des terres de Grimm, j’ai attendu la date de sortie de pied ferme.

Mémoires d’un maître faussaire. Là aussi, un article s’est perdu dans les limbes des brouillons. Un livre déroutant, dont je ne sais toujours pas trop quoi penser. Il est temps de replonger dans mes notes et de vous en parler.

Notes. Il est doré et il y avait un écusson avec. Et il y a du Boulet dedans.

Bon, il n’a pas de licornes, mais des dinosaures. Des DINOSAURES et du DORE ! Et un écusson PANDA !

 Une histoire de tout, ou presque. Parce qu’à part les dinosaures dorés, s’instruire pour de vrai, ça me semblait une bonne idée.

A World of Ice and Fire. En tant que grande amatrice du Trône de Fer, il me fallait cette encyclopédie rédigée par GRRM et les tenanciers de Westeros.org.

Zamonien: Entdeckungsreise durch einen phantastischen Kontinent – Von A wie Anagrom Ataf bis Z wie Zamomin. La Zamonie est un univers si foisonnant et complexe qu’une encyclopédie n’est pas de trop pour conserver une vue d’ensemble sur tout ce bestiaire et ce continent étrange. ET j’aime les encyclopédies insolites.

A Dance with Dragons – George R.R. Martin

A Dance with Dragons - Georges R.R. Martin

A Song of Ice and Fire 5: A Dance with Dragons - Georges R.R. Martin

J’ai sauté dans un train en marche pour la série du Trône de Fer (fallait courir vite, je vous assure), j’ai commencé le premier tome en juillet,  et j’ai terminé le dernier mi-août. J’ai rattrapé mon retard, j’ai devoré tout les livres, et je vais parler du dernier, même si je devrais commencer par la début, parce que ma mémoire a tout melangé, et qu’il est plus frais.

Et puis surtout, une pensée m’a suivie pendant toute ma lecture, et quand j’ai vu cette phrase sur le forum de Westeros.org, j’ai su que je n’étais pas la seule :

Once he separates his consciousness from Nighteyes, Jon will be too busy plotting his revenge on Prince Regal to worry about the Others.

Voila voila. En tant que grande fan de L’Assassin Royal, que j’ai découvert sur le tard aussi, le lien des Stark avec leurs direwolf m’a fortement interpellé. Mais je ne parle pas de plagiait, hein, étant donné que les premiers tomes des deux séries ont été écrites en même temps et publiés la même année.

Sinon, je voulais vous parler du livre lui même. Le début recoupe les évènements du tome précédent, A Feast for Crows. Je ne comprend pas pourquoi Martin a décidé de séparer ses chapitres (qui étaient dejà écrits) par géographie plutôt que par chronologie, comme les tomes précédents.

Du coup, pendant les premiers chapitres, comme certaines choses ont été relatées par un autre personnage du début du livre précédent (que j’avais lu une semaine avant), je ne suis un peu ennuyée. Mais peut être que si on a attendu 6 ans entre ses deux livres comme les fans de la première heure, ce n’est pas choquant.

Attention, spoilers ! Je vais essayer de ne pas en faire trop pour ceux qui n’ont pas encore lu.

!

!

!

!

!

Par exemple voir Jon annoncer à Vère et Sam qu’ils devront aller a Villevieille avec Mestre Aemon, alors qu’on avait vu la même scène du point de vue de Sam au début de A Feast for Crows. Mais ce début, même s’il peut faire doublon avec des évènements dejà connus nous permet de comprendre la facon dont Jon intègre ses nouvelles fonctions, et assimile un des derniers conseils du mestre avant son départ. On le voit passer du stade d’adolescent à celui d’homme accompli qui doit assumer ses choix, bons ou mauvais.

Certains personnages donnent l’impression de stagner pendant presque tout le livre, pendant la majorité des chapitres qui leurs sont dédiés, on a envie de leur donner des baffes en leur disant de se réveiller, et, de, bordel de merde, faire ce qu’ils ont à faire au lieu de fanstamer sur un corsaire à moustache bleue. Car non, Daenaerys n’a toujours pas débarqué à Westeros, on lui en offre même la possibilité et… Elle refuse… Elle préfère semer le chaos et jouer à la reine dans la baie des esclaves… Tout en se pâmant de désir pour un homme plus que discutable. Si jamais elle finit sur le Trône de Fer, elle va semer un bordel monstre, j’vous le dit !

D’autres personnages continuent dans leurs lancées, on suit l’apprentissage d’Arya, qui reste, malgré les règles auxquelles elle doit se plier, une Stark jusqu’au plus profond de son être. Bran, Hodor, Jojen et Meera continuent à s’aventurer au nord du Mur, à la poursuite de la corneille à trois yeux et des Enfants de la Forêt. Pour eux, l’histoire avance, mais à deux livres de la fin, on ne sait toujours pas ou ca va les mener, et comment ca peut bien s’intégrer dans ce jeu des trônes mortel. On découvre d’autres personnages, qu’on appréciait pas forcément au départ, on découvre leurs motivations, on apprend à les apprécier, ou a les hair.

Au lieu de clore certaines énigmes, d’autres naissent. Certaines prophéties donnent l’impression de se réaliser, mais seulement si on se triture le cerveau bien fort (The bleeding star, salt and smoke… To go West, you must go East… When the seas go dry…) Et comme d’habitude, le roman se termine sur un cliffhanger déprimant, surtout si on se rend compte que le livre suivant est à peine commencé et qu’il faudra encore des années avant d’enfin pouvoir le lire.

Fin des spoilers potentiels

En tout cas, A dance with Dragons est un livre introspectif et lent, sans évènement particulièrement marquant, sauf vers la fin, et qui nous laissent sur notre faim (haha !), loin de ceux de Storm of Swords ou A Game of Thrones, mais qui commence à poser les bases du dénouement final, tout en laissant ce dénouement complètement flou et imprévisible. Les personnages ne nous laissent toujours pas indifférents, et la force d’évocation de l’auteur est toujours là. Ce livre m’a un peu donné l’impression d’être l’oeil du cyclone, avant la tornade finale. Et c’est la dernière fois que je parle d’un livre qui est situé en plein milieu d’une saga. x.x

Sur ce, je m’en retourne me ronger les sangs sur le destin des enfants Stark et tenter de warger avec mon chat.

Et un teaser pour la série qui est très réussi :

Edit du 1.09.11 : en bonus, un débat sur GRRM. Est-il sexiste ou, au contraire, féministe, à voir ici :

Sur Tiger Beatdown, GRRM est un pervers pédophile et sexiste. (Ce serait presque crédible si elle ne donnait pas l’impression d’avoir tout lu en diagonale et d’avoir oublié tout ce qui arrive aux hommes dans les livres…)

Réponses  sur ThinkProgress et Boiled Leather.