Archives de tags | élucubrations

Saisons culturelles

Bonne année ! Comment ça, on est en février ?

Ma panne de lecture est revenue, du coup, on va peut-être parfois changer de sujet ici. On va parler de crochet, voilà,  ça marche bien, le cochet, ça occupe mes soirées depuis des semaines (à nouveau),  c’est bien une activité d’hiver. En parlant d’activités d’hiver, et si on parlait de lectures et de musiques saisonnières ?

Parmi mes nombreuses lubies plus ou moins passagères, l’une de celles qui dure depuis des années, c’est celle de documenter mes habitudes. Pas ma vie par contre, toutes mes tentatives pour tenir un journal intime ont lamentablement échouées (et c’est pas forcément une mauvaise chose, étant donné que je n’écrivais que quand ça n’allait pas…) Par contre, ce que j’arrive à maintenir, surtout grâce aux sites dédiées, mais aussi sur papier, ce sont mes lectures et la musique que j’écoute : ma consommation culturelle en gros, même si le terme « consommation » dans ce contexte me chiffonne. J’ai retrouvé dans ma chambre d’ado un carnet qui recensait toutes mes lectures personnelles, bien avant d’avoir internet et les sites qui facilitent la chose. Ce carnet a entre temps été remplacé par anobii, lui même tendant actuellement à être remplacé totalement par Goodreads et… un nouveau carnet.

Ainsi, j’ai pu constater que depuis 15 ans, mes étés sont consacrés à Stephen King. Enfin, je ne l’ai plus lu pendant quelques années suite à une mésaventure de traduction (je radote, mais pourquoi un auteur aussi populaire a-t’il eu des traductions aussi nazes ?), mais ce qui est avéré, c’est que je ne lis le King qu’en été, même si je n’ai plus de vacances estivales. Les premières années après ma découverte de Terry Pratchett, au lycée, encore, bien avant internet, je ne le lisais qu’en été… Puis, j’ai pu lire ce que je voulais pour mes cours d’anglais à la fac, depuis, il m’accompagne tout au long de l’année.

Les classiques, sur un rythme presque scolaire également, je les lis en automne.

Les séries sur plusieurs tomes, je les engloutis en deux mois (oui, même le Trône de Fer et tout le cycle de l‘Assassin Royal), sur l’été et l’automne. Et en hiver, et bien, je lis des BDs.

Et pour la musique ? Non, je n’ai jamais listé à la main ce que j’écoutais. Par contre, last.fm recense sans faillir ce que j’écoute depuis décembre 2005, et depuis que j’ai découvert l’universal scrobbler, sera encore plus complet. En été, toute la musique aux accents folks joyeux passera en boucle. Tout ce qui est plus lourd et pesant passera en hiver. Le heavy ? En été ! Le death et le black ? En hiver ! Skyclad ? En été ! Moonsorrow ? En hiver !

Au final, pour quelqu’un dont les humeurs ne sont pas influencées par les saisons, elles influencent fortement mes goûts.

La prochaine fois, je vous raconterai comment pour moi, les albums ont des couleurs. Mais pas les chansons ou les sonorités individuelles.

Publicités

Protégé : Mouvement d’inertie

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :