Musique

Chanson du vendredi #53

C’est l’histoire d’un mec que je voyais passer souvent dans les flux d’écoutes de gens avec qui j’ai des goûts musicaux en commun mais que je n’ai pas daigner écouter à cause de son étiquette « country ». Bouh caca. On va écouter de la country, et puis quoi encore ? Du Schlager aussi ? Et on termine avec Yvette Horner ? Non, mais, j’ai une réputation à tenir, moi !

Et puis j’ai regardé Sons of Anarchy, et j’aimais bien la bande-son, et je me suis fracturé le crâne en m’ouvrant un peu l’esprit. Et j’ai écouté. Et c’était bien. Donc voilà.

La chanson suivante est sur l’album sorti cette année.

Peut-être qu’un jour, je vous parlerai de tous mes préjugés culturels, en attendant, il faudra composer avec mes biais présentés sur un plateau d’argent virtuel.

Musique

Chanson du vendredi #52

C’est une histoire de rendez-vous manqués.

Lors de la sortie du premier album, en 2005, je l’ai écouté, alléchée par le line-up (des membres d’Enslaved, Gorgoroth), mais ce n’était pas le type de son que je recherhais à l’époque. J’ai rangé le groupe au fond de ma mémoire jusqu’à la sortie de Youngblood en 2013, qui m’a mis une bonne claque.

J’ai voulu les voir en concert, la première fois, ils sont passés à une cinquantaine de km, en pleine semaine, c’était incompatible avec mon emploi du temps. Ils ne tournent pas des masses, il faut dire. Puis, ils devaient passer à Strasbourg. J’avais mon billet. Il y a eu l’attentat la veille du concert. Il fut annulé, de manière bien compréhensible.

Ils sont passés en Allemagne, à une cinquantaine de km de mon fief natal. Un samedi. J’avais des obligations ailleurs.

J’espère bien que comme promis lors de l’annulation, ils reviendront, et que cette fois-ci, je serais dans la fosse. Et c’est pourquoi je choisi un extrait de leur dernière sortie, un live de cette fameuse tournée où je me suis fait rembourser un billet pour la première fois de ma carrière de spectatrice de concerts. Alors que je n’aime pas plus que ça écouter des lives, trop de bruits parasites. Mais ici, ça s’y prête bien à mon sens.

Féminisme, Musique

Chanson du Vendredi #50

Mais elle sait pas compter ?! Le dernier était le 48 ! Oui, mais le vrai dernier a été publié un autre jour et non numéroté, afin de rendre hommage à ma célébration favorite, celle qui me rappelle des souvenirs d’enfance, à base de chants et d’histoires.

Cette catégorie a été laissée à l’abandon bien trop longtemps. Et si elle renaissait de ses cendres, juste après l’équinoxe de printemps, comme de par hasard (non.) ?Ca me ferait sortir de mes sentiers battus, à toujours écouter les mêmes disques, et me forcerai à découvrir de nouvelles choses ?

Cette fois-ci, je reste sur mes plates-bandes, avec Myrkur, qui, elle, sort de ses sentiers battus, pour nous offrir un album de chansons folkoriques norvégiennes, après le black-metal auquel elle nous avait habitué. Ce n’est pas mon style de musique favoris, mais Myrkur fait partie des groupes que je préfère dans ce style, j’avais beaucoup aimé Mareridt. Et voici donc un extrait de Folkesange, qui nous fait passer de chants éthérés au kulning, sans aucune trace de chant écorché typique du style de ses premiers albums :

Musique

Chanson du vendredi #48

Quand un groupe de metal utilise de la musique yéyé pour faire patienter son public…

Pour plus d’informations sur cette chanson qui a sa propre page wiki : https://en.wikipedia.org/wiki/Pop_opp_i_topp

Musique

Chanson du vendredi #47

En souvenir du concert de Sélestat et de mes révisions de partiels.

View this post on Instagram

#moonsorrow #tanzmatten #selestat

A post shared by Aetheldred (@aetheldred) on

Musique

Chanson du vendredi #46

Year of the Goat avec This will be Mine, extrait de l’album Angel’s Necropolis.

Musique

Chanson du vendredi #45

Musique

Chanson du vendredi #44

Musique

Chanson du Vendredi #43

Parce que leur concert à la Foire aux Vins de Colmar était une sacrée claque !

Musique

Chanson du vendredi #42

Avez-vous déjà entendu un perroquet chanteur de death metal ?

Et bien maintenant, oui !