Intendance

5 ans

Le 9 mars 2011, j’ai publié timidement le premier article de ce qui devrait devenir un blog dessin… Ce qui a  d’ailleurs inspiré le nom du blog : Celestraceae était le nom latin de la plante dont est issu le fusain (c’est aussi un poison).

09843030770874_1_6_X563cINi.gif

Finalement, il doit y avoir trois articles consacrés à ce passe-temps et c’est devenu un blog lecture en fin de compte (avec quelque fois, des parenthèses hors sujet, dans la vie, je ne fais pas que lire).

J’aurais aimé dire que les stats ont explosé, que j’écris beaucoup régulièrement maintenant qu’à l’époque, mais un petit tour dans les archives montrera que c’est faux. Depuis 2011, j’ai voyagé, trouvé d’autres passe-temps, déménagé, vécu. Tout ça fait que parfois, l’envie et le temps d’écrire n’ont pas été toujours là. Et en lançant ce bout d’internet, jamais je n’aurais pensé tenir ne serait-ce qu’une année.

Mes tentatives de réseautage parmi les blogolecteurs ont été un échec : toutes mes participations à des forums (qu’il s’agisse de musique, de livres, voire même le forum des anciens de mon lycée) n’ont duré que quelques mois : l’introversion s’applique aussi à la vie virtuelle visiblement.

J’ai tenté de participer à un rendez-vous récurrent, mais le manque de temps et d’intérêt en a eu raison (pourtant, j’ai beaucoup aimé faire certaines thématiques).

Mais le blog continue, les visites et les lecteurs arrivent tout de même (merci !), les commentaires aussi (re-merci !). Il s’est même étoffé de quelques réseaux dédiés : une page Facebook, et un compte Instagram, entre bribes de vie perso et complément du blog.

Le design n’a que peu évolué, après les tentatives de design minimaliste et épuré, je me suis rendue compte que ce n’était pas ce dont je voulais : il me fallait un truc cosy, chaud, et vu l’Internet d’aujourd’hui, désuet, un peu comme le salon chez mamie, chez qui t’attend une tasse de chocolat et des biscuits, des livres et de la musique qui fait du bruit (bon, ça, c’est peut-être pas comme chez mamie, c’est vrai).

En 5 ans, 202 articles ont été publiés, l’année la plus prolifique ayant été 2014. Le mois où j’ai été le plus bavarde était le mois de novembre de cette même année avec 10 articles. J’ai lu des merdes, j’ai appris à ne plus me forcer, tant pis pour l’article rageur et vengeur.

Mais j’ai aussi lu des livres excellents, et certains ont même changé (un peu) ma façon de voir les choses.

J’ai découvert un collectif d’auteurs méconnus, mais très talentueux, eu l’opportunité de recevoir des livres envoyés par les auteurs eux même (et je les remercie de leur confiance). D’ailleurs, j’ai failli emprunter l’un de ces livres à la médiathèque, puis, je ne suis rendue compte que l’auteur me l’avais envoyé en .epub (je les lirais, je ne vous oublie pas !). Et j’ai été déçue par des auteurs connus dont j’avais adoré les romans quand j’avais 17 ans…

Que les années à venir vous apportent des lectures édifiantes et des expériences de vie hors normes ! Et que ma motivation à écrire revienne me voir, des fois que…

my-little-pony-friendship-is-magic-brony-just-watching-ponies

 

Publicités
Bibliothèque

Top Ten Tuesday #18

TTT3WLe Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français Iani.

Le Top Ten des livres lus en 2014

Les deux premiers sont interchangeable. Le troisième est bien troisième.

Bibliothèque

2014 en chiffres

C’est la première fois que je me prête à l’exercice, les années précédentes, je me contentais du rapport automatique de WordPress et du widget Goodreads disant que mon challenge était rempli (ou pas, ça dépendait si j’avais placé la barre trop haut ou trop bas).

Cette fois-ci, je voulais aller plus dans le détail, parce qu’en fait, j’adore les statistiques. Et que ça permet de se situer, et tant qu’à faire, si déjà les chiffres sont préparés, autant les publier, hein ? Donc, les voilà !

Chant angélique

Le blog en chiffres :

  • 53 articles publiés, le mois le plus prolifique ayant été celui de novembre avec 10 articles et celui ou j’ai été frappée de mutisme était celui d’avril
    • 19 chroniques et/ou chroniques express
    • 3 chroniques de films ou de séries
    • 10 Top Ten Tuesdays
    • 19 Chansons du Vendredi
    • et quelques articles divers par ci par là
  • 69 commentaires, l’article ayant suscité le plus de réactions étant le Top Ten Tuesday numéro 13 (comme quoi, le chiffre 13…)
  • L’article le plus populaire reste le même depuis sa publication, qui date d’il y a plus de trois ans maintenant : Questions de la vie de tous les jours (on se pose tous des questions débiles en fin de compte), avant Chien du Heaume, le premier tome du comic Buffy et un article encore plus ancien : la chronique (très) détaillée de la trilogie Soldier Son de Robin Hobb.
  • 54 pays différents sont passés par ici, la palme du plus exotique revenant à l’Indonésie, d’ailleurs, ce lecteur unique n’est jamais revenu.

Reviens, lecteur indonésien !

Les livres en chiffres :

  • 77 livres lus en entier – un abandon, tout frais, que je reprendrais peut-être l’an prochain – dont :
    • 37 romans
    • 31 BDs et mangas
    • 6 recueils de nouvelles
    • 2 essais, tous deux féministes
  • 4 ebooks lus sur l’année (ma Kobo déborde de livres non lus, la partie la plus imposante de ma PàL se trouve là)
  • 43 livres lus étaient des emprunts
  • 11 livres lus en VO
    • 7 livres en anglais
    • 4 en allemand
  • 15 relectures, parce que je ne pouvais pas continuer une série de mangas sans me rafraichir la mémoire avant

Les auteurs en chiffres :

  • 26 « nouveaux » auteurs sont entrés dans ma bibliothèque (qu’elle soit physique ou mentale -pour les emprunts, m’voyez ? -)
  • 8 séries terminées
  • 4 séries commencées
  • 1 série commencée pour être abandonnée dans la foulée
  • 5 livres ont pu être rayés de ma liste La Bibliothèque Idéale

Les genres en chiffres :

  • 29 romans/recueils de SFFF lus
  • 6 romans de littérature dite « blanche » (qu’il s’agisse de livres en français ou d’une autre langue)
  • 3 romans historiques (ou assimilé)
  • 1 roman policier (quand je disais vouloir ratisser plus large)

Augmenter le nombre de nouveaux auteurs et de genres sera le défi majeur de 2015 question livres, et si je n’y parviens pas, tant pis. Parvenir à relire autant sera déjà une gageure.

C’était le dernier article de 2014, bonne année 2015 à vous !

Prrrruuutt !Grouaf !

Bibliothèque

Top Ten Tuesday #17

TTT3WLe Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français Iani.

Les 10 résolutions littéraires et/ou buts à atteindre pour 2015

J’ai également quelques resolutions bloguesques qui se trouvent là, quelque part dans la liste.

  • lire au moins 60 livres. Pour 2014, mon but était d’atteindre les 50, objectif que j’ai dépassé relativement rapidement.
  • faire enfin baisser ma PaL
  • acheter moins de livres (je serais sans doute seule sur ce coup là) pour sélectionner de jolies éditions de ceux que je veux vraiment
  • enchaîner moins vite les différentes lectures (c’est à dire en commencer un nouveau la même soirée ou j’en termine un) pour éviter la panne. Panne dans laquelle je me trouve embourbée depuis trois semaines.

  • sortir de la panne me permettra aussi de lire enfin les livres qu’on m’a gracieusement fait parvenir (je remercie encore les auteurs et associations qui m’ont fait confiance)
  • varier les genres lus, même si mon cœur restera fidèle à la fantasy, sortir de ma zone de confort sera un nouveau défi
  • terminer les livres entamés qui s’entassent… Certains sont entamés depuis trois ans… (Bon, il s’agit d’anthologies ou de séries complètes regroupées en un volume, mais quand même)
  • me tenir aux articles récurrents (bilans, chroniques express, acquisitions, etc.) et en faire un peu plus souvent (enfin, pour ne pas avoir 6 mois (minimum) a rattraper en un article, en gros…)
  • varier les types d’articles, j’ai déjà publié de temps en temps des photos, et, tout au début de ce blog, des dessins et des montages. Si je n’ai pas ouvert Photoshop pour mes loisirs depuis au moins un an, prendre le crayon un peu plus souvent et éventuellement le montrer ici, ça me ferait plaisir (sinon, parfois, j’en publie sur instagram)
Bibliothèque, Bilans

Lectures non chroniquées #2 Premier semestre 2013

L’an dernier, je me suis amusée à faire un bilan annuel en détail. Ca prend un temps fou. Et c’est trop long à lire. Du coup, je voulais faire un bilan trimestriel. Mais j’avais la flemme. Semestriel alors. Ca coupe la poire en deux, c’est plus court, et tout sera plus frais dans ma tête. (Si frais que là, maintenant, je ne sais plus ce que j’ai lu… Raison de plus pour le faire régulièrement, sinon, je vais finir par relire des trucs parce que j’ai oublié que je les ai déjà lus…) Dans l’ordre anarchique presque chronologique (en gros, si j’ai lu plusieurs tomes d’une série, ils sont ensemble, plutôt que de les avoir séparés par une dizaine de livres) :

City of Dragons, Robin HobbBlood of Dragons, Robin Hobb

City of Dragons/Blood of Dragons, Robin Hobb : on suit les aventures des gardiens de dragons, qui ont enfin atteint Kelsingra. Les héros adolescents pour la plupart subissent les premiers émois typiques de cet âge là, et on n’échappe pas au triangle amoureux qui semble si fréquent dans la littérature adolescente. Les personnages adultes, eux, s’émancipent du poids de la société qu’ils ont quittée et semblent terminer le chemin qui se dresse encore devant leurs cadets. On retrouve certains personnages des séries précédentes : Tintaglia et Icefyre, ce qui fait bien plaisir, et ce sont bien les chapitres qui leurs sont dédiés qui m’ont angoissés et qui sont le plus chargés en suspens. La série est en dessous des précédentes se déroulant dans cet univers régit par l’Art/le Vif, mais le dernier tome répond a bien des questions et met un terme à cette saga avec brio. D’autres questions sont encore à éclaircir, mais comme Robin Hobb me semble pas prête à abandonner ce monde, j’espère que d’autres romans permettront de le rendre encore plus complet.

Inside Game of Thrones

Inside HBO’s Game of Thrones : dédié à la série du même nom, il s’agit d’interview d’acteurs, de scénaristes, de créateurs, de techniciens et de l’auteur, qui expliquent comment ils ont pu mettre ce roman en scène, en le rendant le plus réaliste possible. Des chapitres entiers sont dédiés aux costumes des différentes régions, aux décors et aux raisons qui les ont poussés à faire ses choix particuliers. Un beau livre pour les fans de la série.

A Feast of Ice and Fire

A Feast of Ice and Fire, The official companion book : le livre de recettes tiré des livres, cette fois-ci (moi, obsédée ? Si peu…). Je n’ai pas encore tenté d’expérience culinaire avec ce livre, mais je l’ai lu (oui, des fois, je lis des livres de recettes, faut bien se donner faim parfois), et, en plus des explications liées au contexte des roman, d’explications sur les équivalents « réels » médiévaux, les recettes sont également proposées en version modernisée, avec des ingrédients plus simples à se procurer, et des saveurs plus habituelles. Mais il y a des recettes que je ne tenterai pas de recréer, même si les ingrédients étaient simples à trouver. Le serpent roti et les grillons au miel ne sont que des exemples… (Sinon,la plupart des recettes sont disponibles sur le blog des deux auteurEs : Inn at the Crossroads. Elles proposent également d’autres recettes issues de fictions sur le blog Food through the pages, avec des recettes inspirées du Seigneur des Anneaux, et Harry Potter entre autres…)

L'Attrape-coeur, J.D. Sallinger

L’Attrape-Coeurs, J.D Sallinger : il s’agit d’un livre culte qui a pourtant barbé tous les gens que je connais qui l’ont lu. C’est donc avec appréhension que je l’ai sorti de ma PaL. Je l’ai d’ailleurs lâché pour plusieurs mois alors que je n’avais lu que le premier quart… Puis, je l’ai repris, et là, j’ai enfin réussi à m’immerger dans l’histoire. Alors, certes, je n’ai toujours pas vraiment compris le battage autour de ce livre, peut-être parce que le narrateur a 15 ans, et que le récit ressemble énormément à un journal intime, avec ses tics et ses défauts de langage, mais c’est ce qui le rend vraisemblable. Le narrateur, lui, est terriblement chouinard et suffisant, mais au fond, c’est bien comme ça que sont les jeunes de cet âge dans la plupart des cas.

Les Montagnes Hallucinnées, H.P. Lovecraft

Les Montagnes Hallucinées, H.P. Lovecraft : un recueil de nouvelles ou l’auteur continue a exploiter son panthéon personnel de Grands Anciens, à travers une expédition dans l’Antarctique, qui lui permet d’expliquer les origines de ce « mythe » (« mythe » que lui même n’a jamais qualifié de mythe), et dans lesquelles il explore les méandres de la folie, sujet dont il est friand, et qu’il a côtoyé de près.

imageslivre-la-comtesse-des-neiges-280-6

Le Coup de Grâce/Le Crépuscule/Les Catacombes de Vienne/La Comtesse des Neiges, La Chronique des Immortels, Wolfgang Hohlbein : si le premier tome était prometteur (vampires, Inquisition, maladies mystérieuses qui rendent immortel), là, ça commence à se gâter. L’intrigue n’avance pratiquement plus, la quête d’Andrej pour obtenir des réponses à ses questions existentielles semble sans fin, il n’arrête pas de faire des mauvais choix et de s’en plaindre (alors que c’est plus souvent son acolyte Abou Doun qui en pâtit que lui), il se fait assommer toutes les 20 pages bon, sauf dans La Comtesse des Neiges… Oui, j’ai compté…), la seule raison qui me poussait à continuer, c’est la dynamique Andrej/Abou Doun, Mais comme j’approche des derniers tomes traduits, et que je n’ai pas envie d’acheter la suite, je m’arrête là.

Pourquoi a-t-il dit de ne pas s’inquiéter inutilement ? Quand il suffit de s’inquiéter utilement ?

couv42223982

La Horde du Contrevent, Alain Damasio : phénomène inverse à L’Attrape-Coeur, celui là, on me l’a tellement vendu partout, tout le monde me disait à quel point que c’était bien que mes attentes étaient si hautes que le livre ne pouvait pas être à la hauteur. Trop de personnages, dont certains à peine exploités et dont on se débarrasse en un clin d’œil, une quête insensée et une narration complexe ont eu raison de moi. Les symboles au début de chaque chapitre, les chapitres sont plus des exercices de style que de fond. Sans parler du sexisme affiché des personnages masculins (encore heureux que les personnages féminins sont forts et complexes, parce que j’ai eu envie de balancer le bouquin plusieurs fois…) . Il parait qu’on aime ou qu’on déteste, je n’ai rencontré (ou lu) personne qui n’en parlait pas en terme dithyrambiques, et moi, si je n’ai pas détesté, j’en ai trop espéré, et à trop espérer, on est forcément déçu.

Bye Bye Blondie, Virginie Despentes : Gloria rencontre Erix alors qu’elle est interné en hopital psychiatrique. S’en suit une passion adolescente, destructrice, qui changera sa vie à jamais. 20 ans plus tard, ils se retrouvent, et tous les souvenirs remontent. Virginie Despentes reste dans le contexte qui lui est propre, le milieu punk rock, à Nancy, ville où elle a grandit. Les problématiques déjà soulevées dans King-Kong Théorie sont reprises, sous la forme d’une histoire d’amour entre une femme paumée, et son amoureux de quand elle avait 15 ans, devenu une star de la télé.

Naitre femmme, la pire des tares dans presque toutes les sociétés. Seul avantage : enfanter. Alors comme ça, accepter d’être une femme, c’était prendre des coups sans vouloirs les rendre.

Stardust, Neil Gaiman : il s’agit d’un conte pour enfant pour adulte (vous me suivez ? Parce que c’est pas le seul livre du genre dont je vais vous parler.), quelque part entre The Princess Bride, et Jonathan Strange et Mr Norell. Pas le meilleur Gaiman qui soit, mais tout de même plaisant.

Sweet Silver Blues, Glen Cook : un roman policier situé dans sur le Disque-Monde ou quelque chose comme ça. Honnêtement, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, et le tout me passait un peu au dessus de la tête. La faute à la liseuse, à la langue anglaise, au bruit dans le train, ou à la passoire que j’ai à la place du cerveau.

Among you humans, females are not permitted to assume the responsibilities of such a position as a career. Thus, the further implication that she mated to a man in such a position.

Nouvelles du Disque-Monde, Terry Pratchett : comme le dit le titre, un recueil de nouvelles, certaines très courtes, deux ou trois pages, d’autres plus longues, qui couvrent les personnages récurent du Disque-Monde, les sorcières, le guêt, etc. Le niveau entre les nouvelles est inégal, peut-être à cause de leurs longueurs inégales. Mais un bon moyen de se replonger un bref moment dans cet univers complètement barré.

Le Maître des Chrecques, Walter Moers : la suite indirecte de La Cité des Livres qui Rêvent, dans le sens ou ici, il ne s’agit pas de la suite des aventures de Hildegunst, mais d’un roman écrit par Hildegunst et traduit par Walter Moers (accusé par Hildegunst de zapper des paragraphes, et de ne pas être fidèle à son texte, un véritable scandale…), bon, un peu comme La Cité, mais pas en autobiographie. Le roman suit un mistigriffe, sorte de chat à deux foies qui peut communiquer avec tous les êtres vivants, lié par contrat au Maître des Chrecques de Sledwaya, ville la plus malade de toute la Zamonie, fait auquel le Maître, alchimiste de son état, n’est pas étranger. Celui-ci a besoin de graisse de mistigriffe pour achever le Perpetuum Mobile, et afin d’avoir de la graisse, quand on a qu’un mistigriffe décharné à disposition (le dernier de son expèce, de plus !), eh bien, il faut le nourrir. Ce qui n’empêche pas le chat à deux foies de tenter de s’échapper, avec des complices particuliers. Ce livre est un cran moins bien que La Cité, et je l’ai trouvé en jeunesse dans la médiathèque que je fréquente, alors qu’il est vendu, en Allemagne, du moins, comme un conte pour enfants pour adulte, mais la jeunesse compte bien plus d’âges que seulement les lecteurs de Oui-oui, fait que je dois sans cesse me rappeler, parce qu’il y a des injures et gros mots dans ce livre, certes, c’est inévitable d’entendre « Merde » dans la bouche de son enfant, mais c’est mieux si on n’a pas l’explication que « c’était écrit dans le livre que tu m’as pris, alors j’ai le droit de le dire ! ». Mais peut-être que je suis vieux-jeu.

Das Labyrinth der Träumenden Bücher, Walter Moers : La voici, la suite des aventures de Hildegunst ! Après s’être reposé sur ses lauriers après le succès de La Cité… et s’être fortement empaté, notre dinosaure reçoit un courrier. Comme son parrain Danzelot avant lui, un simple courrier suffit pour changer sa vie. Il retourne à Bouquinbourg pour la première fois en 200 ans (ça vit longtemps, ces bêtes là), et… Il visite la ville avec Inazea la Chrecque. Il va au thêatre et nous fait part de ses découvertes. Tout le livre raconte son retour à Bouquinbourg, mais il ne se passe pas grand chose. L’histoire ne démarre que dans le dernier chapitre, pour nous laisser sur un cliffhanger horrible, qui nous fait espérer une publication de la suite rapide. (Après vérification, elle paraitra en VO en octobre 2014…)

Demain les Chiens, Clifford D. Simak : que ce passerait-il si les Hommes laissaient la place aux chiens ? Que feraient-il du monde ? Ce recueil de nouvelles d’anticipation dresse un portrait défaitiste de l’Homme, incapable de se passer définitivement de violence. Chaque nouvelle s’accompagne d’une brève explication, du point de vue des Chiens. Pas la lecture la plus réjouissante de l’année, mais néanmoins, un livre édifiant, et qui a étonnamment bien vieilli (même si sa vision des années 90 est plus que fantaisiste.)

The Yellow Wallpaper, Charlotte Perkins Gilman : un recueil de nouvelles, encore (je n’en ai jamais lu autant en si peu de temps), d’une auteure majeure de la littérature américaine du XIXème siècle, féministe, ses écrits servent à transmettre ses convictions. La nouvelle éponyme décrit la folie grandissante d’une femme condamnée à l’oisiveté pour prétendument guérir sa dépression post-natale. Enfermée dans une pièce au papier peint jaune, interdite d’écriture, elle voit une femme prisonnière de ce papier. Femme qui n’est autre chose que la représentation de sa propre folie, enfermé dans une cage dorée (jaune, dorée, vous voyez, haha ?). Les autres nouvelles de ce roman œuvrent également à emanciper les femmes, a les épanouir dans ce qu’elles aiment faire, sans les rendre dépendantes de leurs maris/fils/gendres, à démontrer que les principales préoccupations futiles des femmes de l’époque ne sont que celles qui leurs sont autorisées, et ne sont pas celles auxquelles elles aspirent (également démontré dans une moindre mesure et dans un autre genre, dans Sans Parler du Chien, de Connie Willis). A lire pour tout ceux/lles qui sont sensibles à la cause féminine.

Bilans

Lectures non chroniquées #1 et Bilan 2012

J’avais un objectif en 2012 (parmi d’autres, hein, ma vie ne se résume pas à lire), et celui ci doit être le seul que j’ai raté, je voulais lire plus de livres qu’en 2011. En 2011, 50 livres ont été lus, pour 17576 pages (j’aurais dû faire un bilan aussi, d’ailleurs.) En 2012,  il y en a eu 47, pour 14148 pages. Certains ont été mentionnés ici, d’autres non, et pourtant, certains en valent le coup.

Les zombies qui ont mangé le monde : BD franco-belge, une catastrophe chimique empêche les morts de rester morts, les vivants doivent donc cohabiter avec eux. Les zombies ne sont pas vraiment dangeureux, ils sont juste un peu…euh… à l’ouest. Les gens peuvent donc garder leurs défunts avec eux. Une BD décalée et drôle, j’ai passé un bon moment, loin des clichés du zombie classique.
 

 

Le roi des Ronces : manga post-apocalyptique, les derniers survivants du monde sont atteint d’une maladie et n’ont que quelques jours à vivre, qu’ils vont utiliser pour sortir du lieu infesté de ronces où ils sont prisonniers  Je ne me souviens plus trop des tenants et aboutissants de l’histoire, l’ayant lu en janvier, mais j’ai lu tous les tomes, sans trop de déplaisir, même si ce n’était pas la lecture du siècle.
 

 

Vampires, Carnets de l’étrange, Fabrice Colin et Jérôme Noirez : guide sur le vampirisme, remplis d’informations sur les origines du mythe et de faits réels qui l’ont inspirés. Rien de bien nouveau sur on s’est déjà intérréssé de plus prêt au vampirisme, mais une mise en page soignée, et assez agréable à lire.
 

 

Mort, Terry Pratchett : l’apprenti de la Mort fricotte avec sa fille. Du Pratchett, fidèle à lui même. Je vous ai dit que le personnage de la Mort devait être l’un de mes préférés ?
 

$

 
Kill the Granny : comic italien, sur un chat qui traverse les 7 enfers pour enfin retrouver sa virilité sacrifiée par un vétérinaire. Après avoir tué sa propriétaire, une charmante grand mère, il devra traverser des épreuves, accompagné d’un diablotin boulet, afin de retrouver ses roubignolles. C’est vulgaire, c’est complètement crétin,mais c’est marrant.
 

 

Tu mourras moins bête, Marion Montaigne : BD de vulgarisation scientifique. Si vous connaissez le blog, vous devez connaitre cette BD.
 

 
Je m’habillerai de  nuit, Terry Pratchett : roman du Disque Monde, chez les sorcières cette fois ci. Une sorciére adolescente, des ch’tis hommmes (assez dur à déchiffrer, ceux là), une lièvre, et des vieilles sorcières. (Je préfère le titre anglais, parce que j’adore la sonorité du mot « shall »… Ben quoi ?)
 

 

 

 

L’Elue, Kushiel, Tome 2, Jacqueline Carey : je vous ai parlé du tome 1, et donc, comme je l’ai dit à la fin, j’ai lu la suite, et dans ce tome là, une lassitude s’est un peu installée. Phèdre m’énervait, vers le milieu du livre, j’avais l’impression de lire les histoires d’une Mary-Sue qui sait tout faire, qui endure tout sans geindre (bon, ça, c’est normal, c’est son « pouvoir »), sauf après Melisande. Mais vers la fin, cette impression était repartie, et j’ai apprécié ma lecture.

Mais j’ai attendu un peu avant de m’enfiler le troisième tome, qui lui, était moins laborieux.

« Pourquoi fallait-il toujours que ce fussent les déesses qui pleurent ? »

 

 

La première loi, Joe Abercrombie : j’ai eu un peu de mal à entrer dedans, mais finalement, une bonne surprise. Des personnages intéressants, une histoire complexe, un style plaisant. (Le dernier tome m’attend.)

« La triste réalité, c’est que la douleur n’engendre qu’un attendrissement sur soi-même »

 

 

Solaris, Stanilas Lem : c’est le doodle de Google qui m’a donné envie de le lire à l’époque, il m’attendait, je l’ai lu cet été, et, euh, je crois qu’en fait, j’ai pas compris. Des clones d’êtres aimés qui se régénèrent et qui poursuivent des scientifiques sur une base spatiale, sur une planète étrange. Non, vraiment, j’ai pas compris.
 

 

Lovecraft, Hans Rodionoff : BD sur H.P. Lovecraft, qui focalise sur ses délires. Des graphismes soignés, et un scénario assez effrayant. Pourtant, ça m’a laissé perplexe.
 

 

Notes, tome 7, Formica Punk, Boulet : comme pour Tu mourras moins bête, tiré d’un blog BD, des anecdotes de la vie courante, des souvenirs, du lol. (remarques valables pour le tome 2 et le 5, seuls en ma possession.)

 

 

He’s just not that into you, Greg Behrendt, Liz Tucillo : c’est Reika qui me l’a preté (elle parle d’histoires de coeur et de féminisme bien mieux que moi, c’est pourquoi je ne le fait pas ou peu), et même si on est en couple, c’est une lecture édifiante, qui permet de se rendre compte de tous ses signes qui ne trompent pas et qu’on aurait du voir avant. Un livre qui ouvre les yeux. (Si vous avez regardé le série Sex and the city, vous devez en avoir entendu parler.) La véracité du contenu a été validé pendant ma lecture par un homme, d’ailleurs.
 

 

American Gods, Neil Gaiman : qu’advient-il des croyances anciennes des peuples immigrés aux Etats-Unis ? Que deviennent ces dieux ? Un peu comme dans Les petits Dieux, de Terry Pratchett, leur pouvoir est proportionnel au nombre de personnes leurs vouant un culte. Mais que ce passe-t-il quand ces anciens dieux se font remplacer par des dieux modernes ? Eh bien, ils ne se laissent pas faire.
 

 
Veronika décide de mourir, Paulo Coelho : une jeune femme tente de se suicider, se rate, pour apprendre qu’elle n’a plus que quelques jours à vivre. Une ode à la vie.

 

 

Burton on Burton, Foreword by Johnny Depp : un entretien de Tim Burton, de ses débuts à Corpse Bride, truffé de dessins et esquisses inédites.

« Insanity is in some  scary way the most freedom you can have, because you’re not bound by the laws of society »

(phrase qui résume bien aussi le roman Mort d’un Clone.)
 

 
The Princess Bride,  S. Morgenstern’s Classic Tale of True Love and High Adventure, William Goldman : haaaa, The Princess Bride ! il m’a couté, celui là. Je l’avais commencé en 2011, puis la date ou il fallait le rendre à la médiathèque est venue, je ne l’avais pas terminé, et je me suis dit « tant pis », j’avais trouvé le peu que j’en avais lu pénible, les digressions et interventions du narrateur dérangeantes, elles cassaient le rythme de lecture, les personnages énervants et niais, vraiment, ça ne m’avais pas emballé. Puis, un soir de désoeuvrement, je l’ai recommencé, en anglais cette fois ci. Sans doute poussée par les nombreux memes représentants Inigo Montoya.

Et cette fois-ci, je me suis laissée prendre au jeu, j’ai tout lu, les diggressions, les notes de bas de page, tout, et cette fois ci, j’ai aimé. Un livre qui mérite qu’on lui donne sa chance.
 

 

Les femmes de Stepford, Ira Levin : ce livre s’ouvre sur une citation de Simone de Beauvoir, son personnage principal et son mari sont féministes, je n’ai pu que plébisciter ce livre. Même si la fin n’est pas claire et un peu frustrante.

 

 

Game of Thrones and philosophy : une analyse philosophique du Trone de Fer, et une analyse psychologique des personnages. A ne pas lire si vous n’avez vu que la série, sous risque de vous spoiler !

 

 

Anansi Boys, Neil Gaiman : Suite de American Gods, assez semblable à Neverwhere (peut être parce que ça se passe également à Londres, et que le héros semble tout aussi paumé). Un bon moment. (Couverture allemande, parce que, ben, je l’ai lu en allemand…,)

Vous pourrez noter que j’ai commencé à prendre des notes en cours de route, c’est pourquoi certains livres ont des citations et d’autres non.