A la recherche de Vivian Maier

Finding Vivian Maier

Une salle des enchères, une boîte de pellicules en noir et blanc, un agent immobilier. Ces trois éléments sont ceux qui ont permis de sortir Vivian Maier de l’ombre.

Si je m’attendais pas grand chose de ce documentaire, j’en suis sortie soufflée. Ce film retrace toutes les étapes qu’à dpu suivre John Maloof pour découvrir qui était la femme derrière ces pellicules, qui recelaient de photos magnifiques. De son seul nom, il a pu retrouver ses anciens employeurs, ses affaires, et de ses affaires, retracer une partie de sa vie. Mais si sa vie a pu être découverte en partie, cette photographe géniale et passionnée reste une énigme. Ses amies ne savaient rien d’elle, et ses employeurs encore moins, alors qu’elle vivait sous leur toit.

Comment cette nourrice a-t’elle pu faire tant de photographies, sans jamais les faire développer ? Ne tenait-elle pas à ce qu’on les voie ? Pourquoi était-elle nourrice d’ailleurs ? Et cet accent, d’où vient-il ? Cette femme libre, à la conscience politique exacerbée, à l’oeil exercé, au sens de la composition inné, a su, comme le dit une des filles qu’elle a gardé, faire de sa vie ce qu’elle en voulait.

John Maloof tente de rassembler les pièces du puzzle en interrogeant les enfants qu’elle a gardé au fil des années, leurs parents, des voisins, des gens de passage, et son voyage l’emmène au fin fond des Hautes-Alpes, à Saint-Julien-en-Champsaur, petit village dont est originaire la mère de Vivian, à la rencontre du dernier de ses cousins, qui est aussi le seul membre de sa famille qu’il a pu retrouver.

Ce documentaire permet de découvrir une grande artiste méconnue, dont le génie flirte avec la folie, et nous montre des moments émouvants de personnes découvrant des amis aujourd’hui disparus sur des clichés jusqu’alors inconnus.

Il permet également de soulever la question du nombre de génies ignorés, dont les pellicules ont été jetées, les carnets de croquis détruits, et les manuscrits mités.

Ce documentaire a été une excellente surprise, et une découverte incroyable d’une femme libre, à la conscience politique exacerbée, à l’œil exercé, au sens de la composition inné, qui a su, comme le dit une des filles qu’elle a gardé, faire de sa vie ce qu’elle en voulait.

corbeaucorbeaucorbeaucorbeaucorbeau

Pour aller plus loin : la page wikipédia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s