Le Dernier Apprenti Sorcier, tome 1 : Les Rivières de Londres – Ben Aaronovitch

L’agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu’au jour où un étrange personnage lui affirme avoir assisté au meurtre sur lequel il enquête. Un témoin providentiel… s’il n’était mort depuis plus d’un siècle ! Et Peter n’est pas au bout de ses surprises : recruté par l’énigmatique inspecteur Nightingale, il intègre l’unité de la police londonienne chargée des affaires surnaturelles. Au programme, traquer vampires, sorcières et autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les divinités qui se partagent la Tamise, sans devenir esclave de leurs charmes ; et bien sûr apprendre le latin, le grec ancien et une montagne d’incantations bizarres et pour le moins rébarbatives. Peter doit en passer par là, s’il veut un jour devenir à son tour le dernier sorcier de Londres…

feather

Peter Grant est une nouvelle recrue de la police londonienne. Après avoir passé deux ans en uniforme, à règlementer les bagarres de bistrot, il attend de connaitre le poste auquel il sera définitivement assigné. Son problème ? Il se laisse facilement distraire. Sur un lieu d’un crime, il manquera l’évidence parce qu’il sera trop occupé à lire la légende d’un monument situé juste à côté. Alors qu’il se trouve sur le lieu d’un crime, il rencontre un étrange témoin, qu’il est le seul à avoir vu. Forcément, tant donné qu’il s’agit d’un fantôme. Cette capacité à voir des choses lui vaut un poste dans une étrange unité. L’unité spécialisée en fantômes, vampires, loup-garous et autres créatures surnaturelles. Le meurtre sur lequel il enquête est celui, visiblement totalement arbitraire, d’un homme, dans une rue déserte, qui s’est fait décoller la tête (oui, vraiment) avec une matraque par un home avec un masque… Un masque ? Vraiment ? Et cet homme masqué, comment l’arrêter ? Est-ce seulement possible ? Et si, comme le seul témoin est un fantôme, le coupable était possédé ? Et le nouveau supérieur de Peter, pourquoi tout le monde parle-t-il de son grand âge ?

Ce roman policier fantastique, narré à la première personne, se démarque par un élément assez atypique. Son héros, ainsi que la plupart de ses protagonistes, sont de couleur. Et le narrateur ne manque pas de nous le faire remarquer, à travers son point de vue sarcastique et parfois à coté de la plaque. Car même s’il est policier et le héros (ou anti-héros ?) de ce livre, il n’échappe pas aux préjugés, que ce soit lors d’un trajet en métro ou ailleurs. Si l’humour assez noir est omniprésent, le livre pèche parfois par son incohérence temporelle. Un évènement peut avoir lieu dans un chapitre situé au début du roman, ensuite, deux ou trois chapitres suivent dans lesquels les personnages ont bougés, découverts d’autres, pour revenir à l’évènement précédent, presque comme s’il ne s’était rien passé. De plus, les tenants et aboutissants du pourquoi du comment (oui, ceci est une phrase) m’ont échappés. La durée du récit n’est pas vraiment claire non plus. L’action se déroule sur 6 mois, mais tout semble s’enchaîner si vite que tout ça pourrait aussi bien se dérouler sur trois semaines.

Malgré tout, un livre qui se lit vite, assez agréable et drôle, au style proche de Doctor Who (dont l’auteur a écrit plusieurs épisodes) et . Avec un Londres vivant et devenu un personnage à part entière. Mais lire la suite n’est pas vraiment à l’ordre du jour.

corbeaucorbeaucorbeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s