Bienvenue à Zombieland

zombieland

Dans un monde infesté de zombies, deux hommes tentent de survivre. Columbus, le plus jeune, est terrorisé à l’idée d’être dévoré. C’est une poule mouillée, mais sa prudence pourrait bien lui sauver la vie… Tallahassee, lui, est un chasseur de zombies qui ne craint plus rien ni personne. Armé d’un fusil d’assaut, il se donne corps et âme à la seule mission qui compte pour lui : trouver les derniers exemplaires de ses biscuits préférés, des Twinkies, encore disponibles sur Terre.
Dans leur périple, les deux survivants sont rejoints par Wichita et Little Rock, deux jeunes filles. Tous ont désormais deux défis impossibles à relever : affronter les zombies et apprendre à s’entendre…

feather

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, ce film est sorti il y a un petit moment maintenant, ouiiiii, j’ai un train de retard, sauf que je viens de le revoir ce week-end, en compagnie de quelqu’un qui ne l’avais jamais vu et que j’avais envie de vous en parler. La prochaine fois, je vais vous dégainer Invasion of the Saucermen ou Plan 9 from Outer Space, z’allez voir, tant qu’à faire. Pas que Zombieland soit un nanar, hein. Enfin, un film avec des zombies est, presque par définition un nanar, mais c’est un film bien. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. C’est une comédie dans la lignée de Shaun of the Dead (encore meilleur que Shaun of the Dead, d’après la personne à qui je l’ai fait découvrir ce week-end), avec des zombies, du sang, des tripes et du lol.

Le film s’articule comme un road-trip à travers les Etats-Unis, à cause des rumeurs qui disent que la côte opposée est exempte de toute infection. Infection causée par un hamburger. Comme quoi, la malbouffe a bien plus de conséquences que simplement l’obésité, le cholestérol et le diabète. (A moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore et ainsi d’une critique de la culture de la malbouffe ?) Le héros, Columbus, un trouillard au colon irritable (oui, si déjà y a des zombies, hein, autant ne pas faire dans la dentelle du coté des héros non plus), nous parle en voix-off et nous explique ses règles à suivre en cas d’attaque zombie. Tallahassee, lui, n’en a rien à cirer des régles, de toutes façons, pour survivre, tous les coups sont permis. Quand à Wichita et Little Rock, deux soeurs magouilleuses, qu’il ait une invasion de mort-vivants assoifés de sang ou non, ben, les régles, elles s’en foutent un peu aussi. Autant dire que Columbus va se sentir un peu seul. Mais forcément, même une série Z pleine de zombie a son petit happy end, et il n’y échappe pas. Il n’échappe pas non plus au trope de la dulcinée à sauver, malheureusement, mais on ne peut pas tout avoir.

Du coup, on apprend plein de choses qui nhous aideront à survivre dans le pire des cas, c’est à dire d’entrainer son endurance, de ne jamais oublier sa ceinture de sécurité, de ne pas allumer les lumières d’un parc d’attraction en pleine nuit, et surtout, que les twinkies, contrairement à toutes les légendes urbaines, ont bien une date de péremption. Et ne me dites pas que le concours du « Zombie Kill of the Week » vous laisse de marbre ?

Un must-see du film de zombie moderne, une comédie déjantée, et en plus, je viens de voir qu’ils en ont fait une série.


moutonmoutonmoutonmoutonmouton

2 réflexions sur “Bienvenue à Zombieland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s