Borgia, saison 1

La famille sans doute la plus tordue de l’histoire

Borgia, cette série européenne qui raconte de façon romancée l’histoire de la dynastie du même nom, laisse perplexe. J’ai vu le premier épisode de The Borgias, j’aurais bien voulu comparer, mais bon, regarder les deux en parallèle, avec la même histoire de fond, bof. Et comme une copine l’avais empruntée, j’ai jeté mon dévolu sur cette version là, ayant comparé les premiers épisodes des deux.

Celle ci-, semble bien plus lente, le conclave ayant été torché en un seul épisode outre-Atlantique, ici, il durera trois épisodes. Trois looongs épisodes. Un conclave entrecoupé de scènes de sexe et d’exécutions sanglantes. Un conclave avec un cardinal qui peut être acheté avec des bonbons. Et pendant lequel les accords se passent surtout aux latrines (non, là, y’a pas de sexe.) (En fait, plein de choses se passent aux latrines, on aurait dû compter le nombre de fois où elles étaient mises en scène.)

Les personnages sont exaspérants, ce qui doit être voulu, donc, on va dire que c’est réussi. Entre des fils psychotiques et violents, une fille qui oscille entre la lucidité de servir de pion à son illustre père et des moments de nymphomanie incestueuse, c’est à se demander quel mélange foireux de gènes s’est produit pour que toute la fratrie soit aussi tarée.

On assiste, impuissants, au désespoir de la mère, à la folie mystique de Cesare, et parfois aussi à celle de Lucrezia, à la folie violente de Juan, à la naîveté des prétendantes de ce dernier, et aux tentatives d’Allessandro Farnese de faire du mieux qu’il peut, tout en restant proche de sa soeur, maitresse du pape (voeux de chasteté, ah bon ?).

Entre les scènes de conspiration, parfois agrémentées de fornication, on admire également de magnifiques scènes de torture ou d’exécutions, où le budget ketchup à du exploser.

Je reste perplexe sur la nécessité de faire dans les extrêmes, si je ne doute pas trop de la dépiction fidèle des protagonistes (la relation incestueuse entre Lucrezia et Cesare est explicite dès le premier épisode dans The Borgias, alors qu’ici, elle n’est montrée que dans le dernier épisode de la saison 1), je ne sais pas si je regarderai la saison 2, mes nerfs ne tiendront pas le coup. Pas à cause du gore, mais justement, à cause des personnages si tordus. Je tenterai la version US, après avoir lu le livre de Dumas à ce sujet (de la famille, pas de la série, hein.)

En tout cas, à ne pas mettre devant tous les yeux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s