Maus – Art Spiegelman

Maus, l’intégrale – Art Spiegelman

J’avais déjà entendu parler de Maus, mais j’ai décidé de lire après avoir visité un fort de la Ligne Maginot situé à deux km du village de mes parents, il y a deux mois. (Oui, des trucs sont à deux kms de moi toute ma vie, et j’y vais seulement pour faire visiter la région à quelqu’un. Pourquoi on ne va que rarement visiter ce qui est à deux pas, hein ? o_O) Enfin, la problèmatique de l’holocauste ne n’avais pas préoccupée depuis mes révisions pour le bac d’histoire il y a longtemps. J’avais envie de lire sur le sujet, sans pour autant avoir la sensation d’opression qui peut être présente dans un roman ou un documentaire. Un BD, pour m’approcher du sujet, ça me convenait bien. En plus, celle ci a reçu le prix Pulitzer. Du coup, lors de mon passage à la médiathèque hier, je l’ai emporté.

Maus relate l’histoire de Vladek, depuis le début de la guerre, à la toute fin, quand il réchappe du camp d’Auschwitz, histoire elle même entrecoupé de scènes entre Art Spiegelman et Vladek, son père, qui lui raconte cette histoire. On y découvre la relation conflictuelle entre le père et le fils, le manque d’Anja, la mère d’Art qui s’est suicidée alors qu’il avait 20 ans, et l’amour indéfectible qui la liait a Vladek, et qui a du être être un moteur leur ayant permis à tout deux de survivre aux camps de la mort. On y découvre, par les yeux de son fils, un homme brisé par les camps, par le suicide de son épouse bien aimée, et malheureux dans son remariage, et sans doute rongé par la culpabilité d’avoir survécu.

Le dessin est en noir et blanc, le trait épais, les personnages représentés sous les traits d’animaux. C’est parfois difficile à déchiffrer, mais rien n’est épargné. Quelques rares photos des protagonistes rendent le tout plus réels et encore plus touchant. Quand au langage, on retrouve la syntaxe polonaise dans les constructions des phrases du père.

Il s’agit là d’une lecturefascinante, qui prend au tripes, qu’il m’a été impossible de reposer. Je ne pourrais pas, au vu du sujet, parler de lecture plaisante, mais d’une  grande oeuvre sur le travail de mémoire sur l’une des pages les plus sombres de notre histoire.

4 réflexions sur “Maus – Art Spiegelman

  1. Aaah, tu pourras me le prêter ? J’ai beaucoup entendu parler de cet auteur en cours, cette année. Si tu veux j’peux même retrouver d’autres noms si tu veux explorer davantage les joies du « roman graphique ».

    • Euh, ben, je l’ai emprunté à la médiathèque de Bitche. Ils doivent aussi l’avoir à Strasbourg, je pense. oO Enfin, je suis pas sure, monsieur en a profité pour le lire aussi alors qu’il est inscrit à Stras. Je voulais l’acheter en plus, mais à la Fnac, en romans graphiques, j’ai pas trouvé, ils ont un classement bizarre.
      Pour les autres noms, je veux bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s