La stigmatisation du silence

Des fois, on croise des gens. En fait, ça nous arrive tout le temps, dès qu’on sort de chez soi. Mais des fois, on croise des gens qu’on connait. On ne les a pas vus depuis des années parfois, on peut avoir du mal à les reconnaitre, mais on les connait. On peut avoir passé son enfance avec, ça peut être des membres de la famille qu’on a vu la dernière fois à une réunion de famille il y a une dizaine d’années, ou un ami perdu du vue parque qu’on n’avait plus rien en commun.

Et dans ces cas là, le bon ton veut qu’on fasse la discussion. Je n’ai jamais été douée pour le small talk. Parler du temps, ça me gonfle, raconter sa vie, je veux bien entendre celle de l’autre, mais ça me gonfle de raconter la mienne. Des fois, ça doit me donner l’air méchant, glacial, ou les gens pensent que je n’en ai rien à faire d’eux, mais, que voulez vous dire à des gens à qui vous n’avez rien à dire ?

Le hasard veut que rencontrer une personne connue mais inconnue m’est arrivé deux fois en un mois récemment (à chaque fois avec une personne différente, hein). D’habitude, je ne croise jamais personne que je connaisse par hasard. Ou alors ils sont occupés et je ne veux pas les déranger pendant leurs discussions animées avec Machin et Bidule.

Mais tout le monde ne fonctionne pas comme ça. Je reviens donc à mes inconnus mais connus. Une première fois, la personne vient me rejoindre et me demande si c’est bien moi. Que répondre à part   » oui, c’est moi. Ca va ? » et attendre que la personne enchaine, en espérant qu’elle soit plus douée pour taper la discut’ que moi (ce qui n’est absolument pas un exploit). S’en suivent des silences gênés parce que les deux sentent que la politesse les force à discuter, après tout, on se connait et on s’est pas vus depuis un moment, on devrait avoir des tas de trucs à se raconter… Mais non, et pourtant, on force. Jusqu’à ce que le tram arrive à destination et qu’on dise, gêné : « C’est mon arrêt, à la prochaine, hein ! ».

Ou encore, plus tard, on se fait rejoindre par une autre personne, qui elle, vous semble totalement inconnue, et qui vous interpelle par votre prénom, et tout ce que vous trouvez à répondre, c’est « Gné ?O_o’ ». La personne s’installe en face de vous et vous fixe, attendant sans doute que vous commenciez à parler, mais, forcément, vous n’avez rien à dire, et la personne en face non plus ne dit rien…

Que faire dans ces situations ? Parler pour combler le vide ? Et parfois dire des bêtises plus grosses que soi ? Ou se taire, ou faire l’autruche ? Dans le deuxième cas, j’ai adopté, lâchement, la technique de l’autruche. Par chance, c’était un trajet en train, à 6 heures du matin. J’ai dormi, mon mutisme est le symptôme de sommeil à rattraper. Mais on n’a pas toujours cette excuse, donc, que faire ? Parler du temps ? Ou bien avoir tellement peur de dire des bêtises que du coup, on passe pour la reine des glaces ?

Bref, tout ça pour vous dire que la discussion est surestimée, et que les gens seraient plus heureux si on n’avait pas de si grandes attentes dans une éventuelle discussion. N’ayons pas honte de n’avoir rien à dire !

Sinon, non, je ne suis pas particulièrement fan de Depeche Mode, non.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s