L’inspiration ou la charrue avant les bœufs

Ca arrive pendant les examens, lors de dissertations, et surtout quand on a tendance, comme moi, à rédiger directement, sans brouillon (du coup, on est toujours le premier à finir aussi… quand ça se passe bien), et c’est une plaie.

On a une idée, on développe l’idée dans notre tête, on a un plan très clair, qu’on ne note pas, forcément, sinon, c’est pas drôle, on commence à rédiger, on est lancé, les arguments viennent les uns après les autres, ils se bousculent, on les enfile logiquement les uns après les autres, et, une fois tout les arguments mis en place, logiquement, bien exprimés, et qu’on veux enfin en venir au fait… On a oublié l’argument final qui permettrait d‘en arriver à la conclusion, et même pire… on a oublié où on voulait en venir tout court… Ce qui décrédibilise toute la démonstration antérieure.

C’est comme si on devait résoudre une équation et qu’arrivé à la fin de la démonstration, on aurait oublié la formule de départ. C’est horriblement frustrant, et surtout, ça m’arrive bien trop souvent.

2 réflexions sur “L’inspiration ou la charrue avant les bœufs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s